A C T U A L I T E S    M A I / J U I N

    2 0 2 0


L’ail ornemental, graphique et surprenant

Les grosses têtes rondes des aulx ou ails ornementaux rencontrent un beau succès. De plus en plus, on voit émerger ces belles plantes bulbeuses des massifs fleuris dans les jardins publics ou privés.

La raison ? Leurs nombreuses qualités : ils assurent un bon relais entre les floraisons printanières et estivales et ne demandent que peu d’entretien, ce que sollicite la plupart de vos clients !

 

Avec de plus en plus de variétés proposées, grandes ou petites, aux têtes rondes ou ovales, blanches ou violettes, les aulx ornementaux s’intègrent très bien à tous types d’association végétale, en se naturalisant et en offrant donc une belle durabilité. De plus, ils sont peu exigeants en eau et en entretien et donc résistants. Des plantes de choix pour vos clients, d’autant plus qu’ils participent à égayer la fin d’été, les têtes séchées étant très décoratives.

Une bulbeuse, transition entre printemps et été L’ail ornemental se distingue, comme son nom l’indique, pour son aspect d’agrément, avec une floraison bien particulière en ombelles sphériques qui peuvent parfois atteindre jusqu’à 30 cm de diamètre ! Pour Linda Groot de Verver Export, les aulx “sont un bon relai entre la fin du fleurissement de printemps et celui de l’été avec, généralement, une floraison de mai à juillet (cultivars plus ou moins précoces ou tardifs). Qui plus est, ils sont pérennes, en se naturalisant très bien grâce à leur développement par bulbilles, même si au cours des années, on peut parfois observer une petite perte de hauteur de la tige et de la grosseur des fleurs”. Avec des feuilles linéaires assez basses, l’intérêt porte essentiellement sur les inflorescences qui, aujourd’hui, vont du pourpre au blanc, en passant par le violet, rose ou encore jaune. “Avec une tige par bulbe, ils fleurissent pendant plusieurs semaines et donnent de la hauteur aux massifs de façon originale et très esthétique” relate Sarah Leclaire de Ernest Turc.

 

Une plante structurante et graphique

Le nombre impressionnant d’espèces permet de créer des compositions uniques, toujours atypiques, en association avec des annuelles, vivaces, arbustes, graminées ou mêmes fougères. Ils créent “des effets graphiques surprenants, voire inédits, comme la nouvelle variété Allium ‘Millenium’, qu’elle soit plantée de façon groupée ou dispatchée, et qui fleurit de juillet à août” explique Audrey Dubois de Graines Voltz, qui ajoute : “La profusion de ses fleurs violettes en forme de sphères de 5 cm de diamètre ornent de façon moderne les jardins privés. De plus, les fleurs attirent les insectes pollinisateurs. Peu exigeant en entretien, cet ail s’accommode aussi bien en exposition mi-ombre et ensoleillée”. De plus, le port de la plante structure un massif ou un jardin, grâce à une longue tige droite contrastée par cette coiffe ronde. Plantés en masse, ils assureront un effet de profusion et de générosité, attirant au passage bon nombre d’abeilles et le regard des propriétaires et invités. Répartis au sein d’un massif, en association avec des graminées

ou des vivaces, ils apporteront un côté plus léger mais cependant structurant et moderne. Les associer à des plantes basses permet de créer de belles émergences, mais ils fonctionnent également en mélange avec des arbustes plus hauts, la couleur et la forme des fleurs contrastant avec le feuillage en arrière-plan.

 

Une diversité d’espèces et de cultivars
Il existe donc une diversité d’espèces et de variétés qui se distinguent par leur taille, couleur ou taille de la fleur, période de floraison.

En voici quelques unes :

Allium aflatunense : avec un bon rapport

qualité/prix, cette espèce porte des ombelles denses de 10 cm de diamètre couleur violet pourpre (H : 80 cm) ;

Allium bulgaricum : forme et couleur très originales (H : 90 cm) ;

Allium giganteum : inflorescence d’un violet vif pouvant atteindre 1,5 m de haut avec un diamètre de 20 cm ;

Allium ‘Globemaster’ : variété étonnante pour la taille de ses ombelles, qui mesurent près de 20 cm de diamètre, avec une belle hauteur sur tige de 1,2 m (couleur des fleurs violet foncé) ;

Allium christophii : aussi appelé étoile de Perse, ce petit ail de 40 cm de haut est très surprenant pour les nombreuses étoiles pourpre métallique qui composent l’ombelle principale ;

Allium schubertii : des grandes ombelles de 30 cm de diamètre qui portent jusqu’à 50 petites fleurs en étoile, inflorescence séchée très esthétique (H : 50 cm) ;

Allium sphaerocephalon : jolies petites têtes rondes à ovales de couleur grenat, convient très bien à des massifs champêtres en association, par exemple, avec des valérianes. Il fleurit quasiment pendant un mois (H : 70 cm) ;

Allium ‘Mount Everest’ : variété à fleurs blanches, appréciée pour sa précocité (fleurit en mai), plante élégante, vigoureuse

et qui résiste bien au vent (H : 100 cm).

 

Préconisations de plantation et d’entretien

 

L’ail d’ornement préfère les emplacements en plein soleil, plutôt au chaud, dans un sol léger et bien drainé, qui peut même être pauvre et caillouteux. Idéalement, “il faut les planter de septembre à décembre. La distance de plantation varie d’une espèce à l’autre mais, pour les aulx géants, il est bien d’espacer chaque bulbe de 30 cm, et de 10 cm pour les petits, dans un sol léger et bien drainé” poursuit Sarah Leclaire. Aussi, il faut enterrer “le bulbe de 3 à 4 fois sa hauteurprécise Audrey Dubois, “le sol devant être drainé, voire caillouteux”. A la fin de la saison, supprimez les fleurs fanées. Laissez-les se naturaliser : les bulbes développent des bulbilles sur leurs pourtours qui forment de nouveaux ‘bouquets’ au printemps suivant. Voilà donc une plante aux multiples atouts dont on aurait tort de se priver, pour créer des compositions durables, esthétiques et aguichantes !

 


 

Japon: le "pin miraculé" du tsunami 

       Le seul pin de Rikuzentakata, une petite ville de la côte est du Japon, qui a survécu au tsunami géant de mars 2011, a été coupé pour être restauré comme symbole de la reconstruction de la ville martyre, a-t-on appris auprès de la municipalité.

Rikuzentakata, cité située dans la préfecture d'Iwate, à 410 kilomètres au nord de Tokyo, a perdu quelque 2.000 personnes dans la tragédie sur une population de 24.250 habitants et près de 3.400 habitations ont été détruites.

Jusqu'à aujourd'hui le "pin miraculé", haut de 27 mètres, se dresse seul le long de la côte car les 70.000 autres qui bordaient sur 2 kilomètres le littoral de la station balnéaire ont tous été arrachés et emportés par la violente vague qui a déferlé sur les côtes nord-est de l'archipel.

La municipalité s'est récemment aperçue que le pin était en train de mourir, ses racines pourrissant d'avoir été trop trempées dans l'eau de mer.

Pour le sauver il a été décidé de le couper en neuf sections et de traiter le tronc et les branches pour stopper la putréfaction. Coût estimé de l'opération: environ 150 millions de yen, l'équivalent de 1,9 million de dollars ou 1,5 million d'euros.

Une collecte avait été lancée sur Facebook.

Avant de respectueusement couper l'arbre, une cérémonie shintoiste a été organisée autour du tronc.

"L'opération à durée deux jours environ. Nous devons d'abord couper les branches qui pourront ensuite être remises sur le tronc", a indiqué à l'AFP un responsable de la municipalité, Shinya Kitajima.

Le tronc et les branches vont ensuite être évidées et traitées avant d'être réassemblés autour d'un support en fibre de carbone, a-t-il précisé.

 Le pin reconstitué se dresse à nouveau sur le littoral de la ville.